Helpilot assiste les collectivités pour la gestion de leur voirie

06/11/2018 | 0 commentaires

Avec son système Madroris, la jeune entreprise aveyronnaise propose aux élus et techniciens des collectivités un outil numérique à la fois simple et sophistiqué pour les aider à mieux entretenir la voirie et optimiser leurs budgets.

A quelques jours du Salon des maires, à Paris, la société ruthénoise Helpilot a déjà eu droit aux honneurs en recevant le prix de l’innovation (catégorie bâtiment, travaux publics, voirie) décerné par l’Association des Maires de France, pour son système Madroris de management des routes rurales. Cela fera une belle carte de visite pour les équipes de Helpilot, qui seront présentes du 20 au 22 novembre au parc des expositions de la Porte de Versailles. Ce Salon des Maires et des Collectivités Locales est le seul rendez-vous national qui réunit tous les grands acteurs de la commande publique avec l’ensemble de leurs partenaires institutionnels ou spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des collectivités territoriales.

Helpilot est née en 2017 du rapprochement de l’entreprise Rouquette TP, du bureau d’études géotechniques Sol-Labo-Concept à Aubin et du département solutions numériques d’ACT Pesage à Rodez. Les trois entreprises ont ainsi mis au pot commun certaines de leurs expertises pour développer de nouvelles solutions digitales d’aide à la décision pour les collectivités, l’agriculture, les entreprises.

La première d’entre elles et la plus prometteuse se nomme Madroris. Elle intéresse plus particulièrement les collectivités rurales (groupements de communes, communes, départements…). Le système, qui fonctionne à partir d’une multitude de données collectées sur le terrain, se décline en trois grandes phases. Madroris établit d’abord le relevé exhaustif de toutes les voies communales, les codifie, les classe en fonction de leur utilisation (trafic, dessertes…) ou de leur importance  (itinéraire structurant…), cartographie le réseau. « Ces opérations se montrent particulièrement utiles aux nouvelles communautés de communes qui vont prendre la compétence voirie », glisse Nicolas Durand, co-fondateur d’Helpilot. Dans une deuxième phase, des techniciens qualifiés parcourent le réseau à bord d’un véhicule équipé d’une caméra géolocalisée. Ils relèvent tous les aspects de la route : état de la bande roulement, déformations, bordures, fossés, ouvrages d’art, réseaux souterrains, signalisation, végétation… Ces données détaillées permettent à Madroris d’établir un diagnostic, à partir duquel il peut faire des préconisations techniques pour l’entretien, suggérer des priorités et même chiffrer les coûts réels avec une parfaite précision. « Cela permet de programmer des opérations d’entretien préventif qui coûtent généralement moins cher que le curatif, explique Alexandre Pujol, chargé de présenter Madroris aux collectivités. Les élus peuvent ainsi optimiser leurs budgets. » La troisième phase consiste à mettre toutes ces données à la disposition de la collectivité, élus et techniciens, accessibles par internet sur ordinateur ou smartphone. Le système assure également le suivi des travaux, peut émettre des messages d’alerte et conserve l’historique des interventions.

Le système a été expérimenté avec l’aide de la communauté de communes de Conques-Marcillac. Plusieurs collectivités du département et des départements voisins ont déjà manifesté leur intérêt pour Madroris, qui doit maintenant convaincre au-delà de la région. Le Salon des Maires devrait y contribuer.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *